Nouvelles recettes

Jerky: La nourriture originale du road trip

Jerky: La nourriture originale du road trip

Qui n'a pas attrapé coupablement un long bâton de saccadé au 7-Eleven lors d'un voyage en voiture? La viande, le sel, c'est le paradis du sodium.

Mais la chair de poule ? Kangourou?

En remontant l'autoroute de Santa Fe à Taos, au Nouveau-Mexique, vous remarquerez des Amérindiens dans des cabanes au bord de la route vendant du wapiti séché comme des enfants colportant de la limonade, avec des panneaux indiquant «ELK JERKY 2 $».

Au Magasin de la Maison Blanche à Smith Mountain Lake à Huddleston, en Virginie, des chasseurs de cerfs locaux en tenue de camouflage discutent près de leurs camionnettes incrustées de boue avec des cerfs morts dans les lits des camions. À l'intérieur, ils viennent acheter de la viande de chevreuil séchée, pour y remarquer également l'alligator, une alternative alléchante.

Les Incas l'appelaient ch'arki et les Amérindiens l'appelaient buffalo jerky pemmican, selon Jerky.com. Avoir une source de viande qui ne devait pas être consommée immédiatement était primordial pour les explorateurs et les trappeurs. En vérité, le saccadé a été inventé pour le voyageur original, un aliment de secours qui ne pourrissait pas au cours de randonnées d'un mois.

Cette délicatesse de viande séchée est faite relativement facilement. Tout ce dont vous avez besoin est de la viande, du sel, des épices, un peu de marinade, un déshydrateur ou un four, et un endroit sec pour le faire durcir - éliminer la graisse et l'humidité dans ces lanières maigres signifie qu'il vous reste principalement des protéines. Le pire charqui, comme tout aliment, est celui qui utilise le plus de conservateurs, bien que nous sachions tous à quel point les conservateurs ont bon goût.

Il semble que vous puissiez faire de la viande séchée en salant à peu près n'importe quelle viande, mais au-delà de votre dépanneur Slim Jim, le nitrite de sodium, l'équivalent stéroïde de la viande séchée de bœuf, où devez-vous voyager pour trouver un bon morceau ?

En vérité, lorsque vous voyagez à travers le pays des chasseurs de la plupart des États, vous trouverez la meilleure viande séchée, généralement dans les dépanneurs locaux où vous voyez beaucoup de camions avec des racks d'armes à feu. Le nord de l'État de New York, près des Adirondacks, l'enclave de l'Idaho, les Blue Ridge Mountains du sud de la Virginie et Taos, N.M., sont considérés comme les meilleurs endroits où vous pouvez à peu près entrer dans n'importe quel petit magasin et commencer à grignoter des jerkies locaux.

Il existe de nombreux sites Web où vous pouvez l'acheter maintenant, mais cela enlève le plaisir de vous arrêter au milieu de nulle part lors de votre voyage en voiture à travers le pays, d'acheter des collations et de voir une bande de viande qui a probablement été faite juste en bas. la route par un chasseur qui l'a tué lui-même.

De retour à la maison, essayez d'en faire vous-même. La seule chose à savoir maintenant est de savoir si vous utilisez du sanglier, de la dinde, de l'oie, du kangourou ou de l'alligator.

Pour le moment, essayez ces endroits puis aventurez-vous hors d'eux. Sinon, votre meilleur pari est de parler à vos chasseurs locaux qui généralement le fabriquent et le sèchent eux-mêmes :

Magasin de la Maison Blanche, Huddleston, Virginie--Avec le lac Smith Mountain à seulement quelques kilomètres et les pics de la loutre au loin, c'est le pays des cerfs, et vous les voyez partout la nuit. Les chasseurs abondent et ils adorent leur saccadé, et parce que l'offre honore toujours la demande, vous ne saurez jamais quel saccadé créatif vous trouverez ici. L'alligator est à savourer.

Mast Store, Asheville, Caroline du Nord--Bama Boy Beef Jerky est la star ici. Au centre-ville d'Asheville, vous pouvez le ronger tout en profitant du centre-ville et en vous promenant dans les célèbres brasseries comme Craggie et Green Man.

Texas Slabs, Mansfield, Texas -- Probablement le bœuf séché le plus humide de la planète fabriqué à la main. Doux et épicé est le premier choix. Toutes leurs viandes sont séchées dans leur magasin de détail.


Le défi est : Vous devez manger 3 bâtonnets en 2 minutes ! Vous ne pouvez rien boire après au moins 60 secondes ! NOUS VOUS OSONS !!

Postez votre meilleure vidéo Reaper Challenge sur Tiktok et taguez Jeremy_Littel ! Nous choisirons au hasard les gagnants pour un t-shirt Reaper Challenge gratuit !

/>

La révolution saccadée

Photo par : Lisa Shin & copyLisa Shin Photography, Inc.

Lisa Shin, Lisa Shin Photographie, Inc.

Vous vous souvenez de ce bœuf séché que vous avez acheté à la station-service lors de vos trajets en voiture ? Le truc qui est chargé de sodium et a ce que vous imagineriez la texture des friandises pour chiens? Eh bien, il a parcouru un long chemin depuis lors, devenant une véritable collation saine pour les amateurs de protéines. Avec moins de sodium, de meilleures saveurs et presque rien d'anormal, le saccadé artisanal est à la hausse.

Une once de bœuf séché de la marque leader peut contenir près de 800 milligrammes de sodium, tandis que les nouvelles marques qui se concentrent sur un processus plus naturel restent généralement autour de 400 milligrammes pour une portion de même taille (certaines jusqu'à 300). Outre le fait que ces nouvelles marques ne vous donneront pas l'impression de ronger un bloc de sel, elles ont également une liste d'ingrédients que vous pouvez pleinement prononcer. Il est rafraîchissant de voir des mots comme « ail » et « graines de sésame » à la place de mots comme « arômes » et « glutamate monosodique ».

Field Trip Jerky, par exemple, propose une dinde séchée qui ne contient que 70 calories, sans matières grasses et 12 grammes de protéines. Et même après avoir été aromatisé avec du poivre noir, de la pomme et du sucre brun, il contient toujours moins de la moitié du sodium de l'ancien produit. Et si vous êtes fan de la version viande rouge, leurs saveurs Original, Honey Spice et Teriyaki se déclinent toujours dans la variété bœuf.


Road Trip emblématique de l'Iowa : contraste entre l'ancien et le nouveau

Mon père a été une voix encourageante pour moi au fil des ans, me poussant à travers toutes mes idées étranges et audacieuses. Même lorsque nous nous sommes cognés la tête, il a toujours insisté sur le fait que je suis capable de tout, armé de bon sens et d'un sens de la persévérance "putain d'allemand". Il m'a insisté sur le fait que son côté de la famille - même si je n'ai jamais eu le plaisir de les rencontrer - rêvait grand et n'a jamais abandonné.

J'ai toujours été fasciné par le passé de mon père, m'installant pour entendre ses histoires sur de longs jeux de cartes et des feux crépitants. "Ma mère est née en 1906, mon père en 1902, me dit-il. Il raconte l'histoire d'une petite ville de l'Iowa où ses ancêtres se sont installés et où son enfance s'est déroulée à une époque où le monde était totalement différent.

Il a juré qu'un jour, pour sa 50e réunion de lycée, il y retournerait.

J'ai donc réalisé ses rêves lors d'un road trip dans l'Iowa que je n'oublierai jamais.

J'avais de grands espoirs en partant de ce voyage. Ce fut une boucle relativement courte, mais riche en découvertes. Les guides promettent toutes sortes d'histoires et d'intrigues : traverserez-vous le Davenport Skybridge, explorerez-vous les ruines de Joliet Ironworks, découvrirez-vous des prairies mystérieuses à Franklin Creek ? Peut-être découvrirez-vous la gloire et la fortune où American Pickers est filmé dans le lieu de naissance de Buffalo Bill. Dégustez de délicieuses friandises au Candy Kitchen à Wilton. Frissonnant de chair de poule, vous entendrez les histoires murmurées du mystérieux ange noir de Teresa Dolezal Feldevert. Bettendorf, Wheaton, Eldon. C'était notre carte de voyage sur la route d'origine, mais nous avons fini par nous en écarter un peu – les meilleurs voyages s'écartent toujours du cours – et voir ce que mon père appelait les spots “plus emblématiques”.

Je pense que c'était un équilibre parfait entre personnel et prototype.

Mon père et moi avons tous les deux atterri à Chicago un mercredi à minuit, choisissant de louer une voiture et de faire un road trip dans l'Iowa plutôt que d'essayer de nous diriger vers un aéroport plus petit.

Notre road trip dans l'Iowa a été guidé par quelques arrêts pour voir des parents sur le chemin de notre destination finale : la 50e réunion du lycée de mon père à Cedar Rapids. Après l'atterrissage, nous avons roulé toute la nuit et fait la sieste au bord de la route avant de nous rendre à Rock Island Arsenal au lever du soleil. Les hommes de l'armée aux portes étaient super sympas et nous ont donné des indications après avoir expliqué que nous étions hébétés, un peu confus et très impatients de voir des chars !

Nous avons sauté les écluses de l'île et avons continué sur le pont jusqu'à Davenport. La vue de l'autre côté était époustouflante. Si jamais vous vous retrouvez en voyage dans l'Iowa, arrêtez-vous pour voir le fleuve Mississippi dans un restaurant appelé Waterbar. Nous n'avons même pas mangé là-bas, nous nous sommes juste garés et avons regardé pendant un bon moment.

Enfin à Davenport, j'ai rencontré le cousin de mon père, Warren, âgé de 90 ans, qui vit seul. Sa maison immaculée jouxte des hectares de champs de maïs. Lorsque j'ai demandé qui s'occupait de la propriété, il m'a répondu que quelqu'un avait commencé à faire des travaux de jardinage pour lui il y a un an, mais qu'il s'occupait de tout le ménage. Il a ensuite commencé à me parler de sa petite amie, tandis que je remerciais silencieusement le doux seigneur pour la bonne génétique.

J'ai emmené Warren et papa dans la rue pour voir le frère de Warren, Allen, qui a joyeusement montré sa brillante Corvette. J'ai grandi sans savoir que j'avais de la famille du côté de mon père, mais maintenant que je les ai rencontrés lors de notre road trip dans l'Iowa, je suis assez content de ce qui m'attend. Espérons juste que j'aurai la moitié de leur foutre dans 60 ans !

Toujours à la recherche d'un peu d'histoire, nous avons rencontré la famille de ma grand-tante et de mon oncle à Gramma's Kitchen, près du plus grand relais routier du monde. Nous avons ensuite serpenté jusqu'à chez elle près de Wheatland où elle a sorti des documents originaux qui ont aidé à clarifier certaines de mes racines et de mon histoire. Teri et son mari ont en fait voyagé à l'étranger et ont eu une réunion dans la maison allemande où notre famille a vécu pour la dernière fois avant d'émigrer - un endroit appelé Warmkammer qui est maintenant sur mon Visite essentielle liste!

La ferme dans l'Iowa qu'elle exploite actuellement a été transmise par la famille. Elle était gentille et accueillante et m'a fait visiter pendant que je posais un million de questions. J'ai également pu discuter avec sa fille, Amelia, qui a des enfants de l'âge de mes enfants. En sortant de Wheatland, j'ai fait remarquer à mon père que les collines sinueuses contre le ciel bleu éclatant étaient certainement ce à quoi je m'attendais d'un voyage en voiture dans l'Iowa. J'apprécie toujours les escapades latérales pour voir plus de communautés rurales, car cela donne un aperçu de la façon dont un groupe plus large de personnes vit.

Ensuite, lors de notre road trip dans l'Iowa, nous nous sommes promenés dans Wilton où mon père a hardiment frappé à la porte verrouillée de la Wilton Candy Kitchen. Nous avons lu en ligne que la boutique historique a fermé en novembre dernier lorsque les propriétaires George et Thelma Nopoulos ont pris congé pour entrer dans une maison de retraite. George est décédé en juin et Thelma a travaillé dur pour déterminer comment maintenir le magasin en activité. Elle se trouvait à l'intérieur, lors d'une réunion comptable après les heures normales avec son équipe, et elle nous a gracieusement fait visiter les lieux. Elle se souvenait de la famille de mon père depuis son enfance, et les deux se souvenaient des jours passés à boire des sodas en fontaine au comptoir.

Ce qui m'a vraiment frappé chez tout le monde lors de notre voyage dans l'Iowa - de mes proches à Thelma aux parfaits inconnus que nous avons rencontrés en cours de route - c'est leur gentillesse et leur chaleur. Personne ne semblait pressé de se débarrasser de moi et de reprendre sa vie. Plusieurs personnes ont en fait gardé des entreprises ouvertes pour nous, car notre horaire étrange nous obligeait à arriver après les heures de travail maintes et maintes fois.

Un homme que j'ai rencontré à Cedar Rapids m'a dit qu'après l'inondation massive de 2008, il a dû quitter la ville mais a laissé une note sur sa porte invitant les voisins à utiliser sa douche et d'autres installations. La plupart d'entre nous s'attendraient à retourner dans une propriété saccagée, mais il avait la foi. Quand il est revenu à la maison, tout était en place et un petit panier a été laissé sur le porche avec plus de 400 $ pour couvrir les services publics.

Après que papa et moi avons dit au revoir à Thelma, nous avons continué notre road trip dans l'Iowa en serpentant de l'autre côté de la rue jusqu'au bar le plus populaire du comté. Il était autrefois connu sous le nom de Wooden Nickel, mais a depuis été renommé “Fro's.”

La dernière chose à voir à Wilton était le dépôt de train, où la société historique dédiée conserve des objets du passé.

Un rapide trajet en voiture à travers des rangées de pâturages de vaches a conduit à Moscou et à Atalissa, de petites villes où le père de mon père avait l'habitude de garder des cabanes pour se retirer pour la solitude. Ou peut-être pour du temps avec une amie.

Nous avons vu deux des cabanes de la famille : une plus grande dans un quartier chic au bord de l'eau et une plus petite dans une poche calme et inconnue. Ici, le long des rives d'Atalissa, des enfants ont couru sur les routes de gravier devant ma voiture. Chaque maison jouxtait la rivière Cedar près du Weise Slough dans une atmosphère décontractée et humide qui me rappelait le bayou de la Louisiane.

« Je ferais mieux de ne pas laisser Nate voir cet endroit », marmonnai-je à haute voix. “Il ne voudra jamais partir.”

Mon père a rendu hommage dans un cimetière local et nous nous sommes écrasés pour la nuit dans un hôtel délabré près d'Iowa City.

Accueil de l'Université de l'Iowa, cet endroit est votre ville universitaire typique. Beaucoup de boutiques pittoresques et de pubs branchés. Le bâtiment du Capitole de l'Iowa City vaut vraiment le détour si vous êtes en voyage dans l'Iowa et dans les bâtiments historiques. L'artisanat ancien et orné est inspirant et remarquablement moderne.

Ensuite, lors de notre road trip dans l'Iowa, nous nous sommes dirigés vers les colonies d'Amana où nous avons lorgné des antiquités et mangé de la viande séchée.

Obtenez le saccadé. C'est cher, mais ça vaut le coup.

Les colonies sont historiques, connues pour leur mode de vie communautaire et la création éventuelle de la gamme de réfrigérateurs Amana Corporation. Aujourd'hui, les colonies continuent de fonctionner à la fois comme une attraction touristique et une ferme offrant un immense soutien aux arts. J'aurais facilement pu passer deux ou trois jours juste dans la section de marche touristique.

Après Amana, notre road trip dans l'Iowa nous a finalement emmenés jusqu'à Cedar Rapids ! J'ai rencontré ma cousine, Cheryl, qui n'a que quatre ans de moins que mon père. Elle nous a emmenés dans un restaurant mexicain incroyablement bon près de chez elle près de Hiawatha. Il y a des tonnes de banlieues et plusieurs petites villes autour de Cedar Rapids qui sont intéressantes à explorer. Si vous avez le temps, jetez un œil à la rue principale de Marion et à la King Chapel au Cornell College à Mt Vernon.

Si vous êtes vraiment juste après la nourriture lors de votre voyage en Iowa, traquez un Maid-Rite. Ils servent un plat de Joe bâclé qui me semble être une sorte de hamburger In-N-Out déconstruit. J'ai dû résister à en avaler trois ou quatre et à demander une boîte à emporter avec plusieurs autres.

Ensuite, nous avons traversé les rues pavées de briques de l'historique Cedar Rapids et avons même trouvé la maison où mon père a grandi ! Un sifflement omniprésent a rempli l'air comme un vide et j'ai baissé ma fenêtre pour écouter attentivement, puis je l'ai remonté à la hâte alors qu'une horde de moustiques me consumait. “Qu'est-ce que c'est que ce son ?”

Mon père cligna des yeux et haussa les épaules comme si c'était la chose la plus normale au monde, “Oh, ce ne sont que des sauterelles.”

Pour m'éloigner des insectes aux proportions bibliques, j'ai décidé que nous devrions jeter un œil à “NewBo,” que la génération de mon père appelait simplement “Bohemy Town.” traditionnellement vendus par les immigrants de la région.

Après la tombée de la nuit, nous nous sommes aventurés dans les deux clubs de la ville. C'était peut-être une nuit creuse, mais j'ai finalement décidé que j'étais trop vieux pour la scène rave en plein air à Cedar River Landing et trop jeune pour le bar de plongée à Rumors, où un étrange méli-mélo de motards et de citadins de passage regardaient passivement un imitateur d'Elvis vêtu de velours tournait sur scène.

Nous nous sommes écrasés endormis au centre de conférence Doubletree, rassasiés par un plateau rempli de biscuits gratuits. Si votre road trip dans l'Iowa vous amène ici, assurez-vous simplement de demander une chambre une façon de la voie ferrée.

Le centre-ville entourant notre hôtel était un peu étrange. Les rues étaient complètement mort à l'exception de quelques événements en cours. La plupart des centres-villes des grandes villes sont remplis de gens qui se bousculent entre les restaurants et les entreprises. Cedar Rapids semblait abandonné. Donc, si vous voulez être à distance de marche d'une action, dirigez-vous vers NewBo ou allez ailleurs. Pour nos besoins, cet endroit a servi de point central agréable à partir duquel nous avons conduit à toutes les attractions.

Mieux encore, le petit-déjeuner au 350 First branché offrait une vue imprenable sur la ville, y compris le siège social adjacent de Quaker Oats.

Le marché fermier du centre-ville (à ne pas confondre avec le marché fermier de Noelrdige) est arrivé à envahir les rues juste devant notre hôtel l'un des jours où nous étions là-bas, et c'était fantastique. De loin, c'était l'un des marchés fermiers les plus vastes et les plus ornés que je connaisse.

Nous avons également fait une petite escapade au Theatre Cedar Rapids, qui est un cadre agréable avec des tonnes de divertissements de premier ordre.

Retrouvant le groupe de réunion pour une journée complète de notre road trip dans l'Iowa, mon père et moi avons sauté dans un bus et avons visité son alma mater. Washington High School est le lycée n°1 de l'Iowa et n°5 du pays. Il est clair que cette ville prend l'éducation au sérieux. Après avoir vu les nouvelles améliorations et émerveillé par le (pratiquement sans fin) plaques et prix d'excellence, nous avons poursuivi notre propre éducation au Musée national tchèque et slovaque. Ce monument époustouflant et qui donne à réfléchir détaille l'histoire de la Tchécoslovaquie et explique également comment la structure de 1500 tonnes du musée a été physiquement récupérée et éloignée de l'eau après que les inondations de 2008 ont ravagé le bâtiment.

Notre dernier arrêt de visite privée lors de notre road trip dans l'Iowa nous a emmenés au Paramount Theatre. Ce bâtiment historique magnifiquement vibrant et coloré vaut le détour.

De là, nous avons serpenté à pied jusqu'au Cedar Rapids Museum of Art. Impressionnant de l'extérieur, c'était un peu décevant une fois que nous sommes entrés. Une petite collection d'art de Grant Wood était intrigante, mais la plupart de l'espace était rempli de vitrines et de textiles locaux.

Le Grant Wood Studio voisin était plus notre style, et le guide a partagé des anecdotes hilarantes sur le père du gothique américain.

Directement en face du studio, nous avons apprécié le bon pho vietnamien à l'ancienne à Phong Lan. Nous avons demandé du café glacé fort et avons été impressionnés par cet engin à égouttement lent qui est apparu à notre table.

Avant de nous rendre aux festivités de nos dernières retrouvailles et de conclure notre road trip dans l'Iowa, nous nous sommes promenés sur le terrain du Brucemore Estate. C'est impressionnant en été, et j'imagine que ses tourelles sont encore plus spectaculaires couvertes de neige. Juste derrière cette propriété se trouve Bever Park, une vaste installation avec des cerfs en liberté, une patinoire, une piscine et une petite ferme. Je pourrais m'installer ici, pas de problème !

Nous avons fait la fête toute la nuit avec les camarades de classe de mon père, âgés de 68 ans, puis nous avons terminé notre road trip dans l'Iowa avec un rapide aperçu du vitrail Grant Wood qui rend hommage à l'édifice commémoratif des anciens combattants. Cela semblait une conclusion appropriée à notre voyage dans l'Iowa, après avoir commencé à Rock Island et passé une grande partie de notre temps avec des militaires.


7 aliments sains à emporter lors de votre road trip estival

Ne quittez pas la maison sans une glacière remplie de délicieuses collations saines !

Pour une raison quelconque, COVID-19 n'a pas fait partie de la liste ci-dessus, bien qu'il ait certainement changé notre façon de vivre et de voyager cet été. Selon les rapports, les voyages sur la route représentent actuellement 97% des plans de voyage d'été, et la demande de véhicules récréatifs augmente alors que les gens essaient de s'éloigner en toute sécurité. Mais à mesure que les voyages sur la route sont en hausse, les options de carburant routier de qualité sont en baisse et la probabilité de pouvoir s'arrêter au restaurant est mince. Il est donc important d'emporter beaucoup d'aliments intelligents qui peuvent alimenter votre corps et nourrir vos muscles.

Tout d'abord, pensez à vous procurer une glacière solide. Si vous allez être sur la route, vous aurez besoin de quelque chose qui résiste aux longs trajets et garde les aliments froids au frais (parce que l'intoxication alimentaire n'est jamais amusante), et ces glacières en polystyrène avec des poignées en plastique fragiles ne sont pas à la hauteur . Avant notre voyage en voiture cet été, nous en avons eu deux : la glacière dure OtterBox Venture 65, pour sa grande capacité et sa capacité à garder les aliments au frais sur le long terme, et la glacière souple OtterBox Trooper LT 30, pour garder nos aliments au frais sur le plage quand nous y sommes arrivés. En prime, la glacière souple sert également de sac à dos, elle peut donc être utilisée pour ajouter une résistance solide à toute routine de poids corporel sur la route, telle que Lean at Home in BodyFit, qui est totalement sans équipement.

Une fois que vous avez aligné votre stockage de nourriture, il est temps de réfléchir à ce qu'il faut emballer, et je vous propose sept options de carburant de qualité, portables et riches en nutriments.

1. ufs durs

Aimez-moi des œufs durs. Avec chaque œuf entier offrant 7 grammes de protéines de qualité, ainsi que des vitamines E et D et de la choline, entre autres nutriments, ceux-ci devraient certainement faire partie du carburant routier. En dehors de la nutrition qu'ils fournissent, leur commodité, leur goût et leur faible coût en font un incontournable. Puisque les protéines sont rassasiantes, elles vous rassasient également. Avec la glacière en remorque, vous êtes prêt à les garder au frais et à alimenter ces muscles pendant le voyage.

2. Pistaches

Bien que ceux-ci n'aient pas besoin d'être suspendus dans la glacière, ils sont portables, remplis et chargés de la nutrition dont vous avez besoin pour vous permettre de continuer. En prime, ils offrent 6 grammes de protéines végétales par portion pour aider à alimenter votre corps en acides aminés essentiels et fournir des graisses saines - près de 90 pour cent des graisses présentes dans les pistaches sont les types mono et polyinsaturés meilleurs pour la santé. . De plus, les pistaches sont une bonne source de fibres. Ajoutez cela aux protéines et aux graisses, et vous obtenez un trio de nutriments qui peuvent vous aider à vous sentir rassasié plus longtemps.

L'une des noix les moins caloriques et les moins grasses, les pistaches vous donnent plus de noix par portion que la plupart (environ 49 pistaches), vous obtenez donc une portion solide par rapport à de nombreuses autres noix. Il s'agit d'un en-cas intelligent et sain dont vous pouvez vous sentir bien à tout moment. Wonderful Pistachios No Shells est un carburant routier parfait. Essayez la variété Wonderful Chili Roasted lors de votre prochain voyage.

3. Boeuf séché

Jerky est en tête de toutes les listes de carburants routiers. C'est une protéine portable, durable et à peu près pure. Avec les options sur le marché aujourd'hui, le bœuf séché offre une saveur agréable et savoureuse pour mélanger votre menu de collations de voyage. De plus, une portion fournit environ 15 grammes de protéines complètes, ce qui est une excellente option de collation pour garder ces muscles inondés des acides aminés dont ils ont besoin.

4. Kombucha

Les voyages en voiture ne sont pas seulement une question de nourriture, vous devez également rester hydraté. Et, eh bien, parfois, l'eau ordinaire peut devenir ennuyeuse. Souvent, lorsque nous pensons avoir faim, nous avons en fait soif – et lorsque nous nous ennuyons et que nous mangeons, le liquide peut également freiner ce désir de manger. Inclure un peu de liquide est une bonne idée, et le kombucha est l'option parfaite car il est rafraîchissant, gazéifié pour un peu de saveur et bon pour vous. Chez nous, nous sommes de grands fans de Health-Ade Kombucha, un produit fabriqué en petites quantités en Californie dans une variété de saveurs (ou nature, si c'est votre truc). C'est mieux que les boissons énergisantes, les boissons gazeuses ou, eh bien, la plupart des boissons qui contiennent également des calories. Kombucha contient un peu d'alcool, et certains types plus que d'autres, alors assurez-vous de vérifier le niveau d'alcool avant de l'acheter, surtout si vous conduisez.

5. Pruneaux

Bien que ceux-ci ne figuraient peut-être pas en haut de votre liste, il y a une bonne raison pour laquelle ils figurent sur la mienne. Les trajets routiers et les déplacements peuvent laisser à désirer en matière de régularité. Ce n'est pas la seule raison de manger des pruneaux, bien qu'ils soient une collation saine qui compte comme une portion complète de fruits, qu'ils soient stables à la conservation et qu'ils ne nécessitent aucune préparation. Une portion de 4 à 5 pruneaux contient une puissante dose de vitamines, de minéraux, d'antioxydants et de fibres. Ensemble, ces nutriments soutiennent les fonctions vitales qui contribuent à la santé globale.

Une portion de pruneaux contient moins de 100 calories et zéro sucre ajouté, et ils sont sans sodium, sans gras et sans cholestérol. Emballez-les avec les pistaches pour un savoureux mélange montagnard fait maison. Efficace pour les intestins et protecteur pour les os, les pruneaux sont un moyen pratique et délicieux d'ajouter plus de fibres à votre alimentation.

6. Carottes et houmous

Vous voulez des légumes qui sont durables et qui ne seront pas écrasés dans la glacière. Les carottes font l'affaire, mais les pois mange-tout, le céleri et le chou-fleur fonctionnent aussi très bien.

Le houmous vous apporte un peu plus de protéines et de fibres pour que les collations à la plage vous durent plus longtemps. Notre préféré est le Lantana Siracha Carrot Hummus, mais choisissez ce que vous préférez. N'oubliez pas que vous voulez quelque chose qui peut vous soutenir et idéalement également fournir une nutrition de qualité. Étant donné que l'ingrédient principal du houmous est généralement les pois chiches (ou un autre type de haricots), c'est une excellente source de fibres et d'autres nutriments de qualité. Le houmous ajoute également un élément de saveur agréable aux légumes et est relativement "propre" et facile à manger, même sur la route.

7. Paquets et craquelins de thon ou de saumon

Les sachets de thon et de saumon commercialisés sont parfaits car vous n'avez pas besoin d'ouvre-boîte, ils ne sont pas périssables et ils sont en haut du tableau avec des protéines et des acides gras oméga-3 importants. Associez-les à un craquelin solide - ou même à un fruit (la pomme tranchée est excellente) - pour le carburant dont vous avez besoin pour passer votre journée à vous amuser sur la plage.


Noix en portion individuelle

Noix Karma, Lime Twist

Les noix peuvent devenir assez ennuyeuses lorsque vous mangez constamment. Essayez de pimenter les choses avec Karma Nuts. Ces noix de cajou emballées sont livrées dans des emballages individuels afin de ne pas en abuser (et ainsi chaque personne dans la voiture peut avoir la sienne). Faites votre choix parmi les saveurs sucrées, épicées et grillées de Karma (nous avons un faible pour le Lime Twist). Les noix de cajou sont d'excellentes sources de magnésium, de calcium et de biotine, l'un des nutriments connus pour rendre les cheveux brillants et forts. Mais le vrai gagnant ici est que ces noix conservent leur peau naturelle, ce qui signifie qu'elles contiennent plus de fibres que les noix de cajou que vous grignotez habituellement.


Le guide définitif du Jerky : ce n'est plus que du bœuf

Maintenant, plus que jamais, le monde a besoin de quelque chose dont nous pouvons être heureux, quelque chose que nous pouvons nous réunir et célébrer dans son ensemble. Il s'avère que cette chose est saccadée - généralement de la viande séchée, mais de plus en plus disponible dans les variétés végétaliennes et végétariennes. Historiquement, chaque pays et chaque culture a sa propre méthode de charqui et sa propre viande. Du biltong d'Afrique du Sud, de la viande séchée de lama et/ou d'alpaga du Pérou appelée Charqui et des lanières de viande pulvérisée de Mongolie appelées Borts. Si vous pouvez le branler, il existe. Alors, d'où a commencé cette collation de voyage sur la route?

Qui a inventé le saccadé ?

La réponse nous ramène à il y a environ 500 ans, mais qui a inventé la méthode de séchage de la viande est toujours en discussion. Certains disent que c'est l'une des nombreuses tribus indigènes d'Amérique du Nord qui a inventé le saccadé - ou "pemmican" - tandis que d'autres désignent le peuple Quechua des Andes sud-américaines comme les véritables créateurs. Indépendamment de ses racines, le produit final est plus ou moins resté le même pendant des centaines d'années : de la viande séchée épicée, riche en protéines et pouvant être conservée pendant de longues périodes.

"Sans le luxe de la réfrigération, les gens devaient trouver des moyens de conserver la viande", explique Andy Muntean de C-Star Provisions. "Le séchage permet de le ranger et de le transporter facilement. Même si les modes de transport ont évolué au fil du temps (de l'équitation aux voyages en voiture), la valeur du produit demeure. » Chaque pays apporte un type différent de saccadé unique aux habitants de la région. Le saccadé que la plupart des Américains connaissent et aiment est ce que les cow-boys du milieu des années 1800 ont séché et mangé en déplaçant le bétail.

Don Reeves du National Cowboy and Western Heritage Museum explique que le saccadé « fait référence à la viande séchée au soleil. Vous abattriez l'animal - bovins, bisons, cerfs, élans ou antilopes - et dépouilleriez ou secouez la viande. » Lorsque le soleil ne suffisait pas, les cow-boys faisaient rôtir lentement la viande sur un feu pour obtenir la saveur sèche et fumée. Alors, pourquoi tant de gens se sont-ils tournés vers séché la viande par opposition à la viande bien cuite ? L'élimination de l'humidité de la viande fait en sorte que « les enzymes bactériennes ou fongiques ne peuvent pas réagir avec la viande », ce qui empêche la viande de bœuf, de dinde, de porc ou d'élan de se gâter, selon Jerkyholic, un site Web consacré à tout ce qui concerne la viande séchée. Avec l'invention de conservateurs comme le nitrite de sodium (qui bloque la croissance des bactéries), vous pourriez très bien tirer un an d'un sac de saccadé.

De nos jours, les entreprises commencent à s'éloigner de l'artificialité au lieu d'un produit de meilleure qualité, meilleur goût et meilleur pour vous.

"Nous n'utilisons pas non plus d'arômes artificiels, de nitrates, de MSG ou d'hormones", poursuit Muntean. "Non seulement c'est la chose éthique à faire, mais c'est tout simplement meilleur. Notre saccadé est incroyablement sain pour vous, nous ne le remplissons pas de sodium et le seul sucre ajouté provient du miel biologique. Nous sommes fiers d'offrir une collation à faible teneur en calories, en glucides, en matières grasses, en sucre et en protéines qui satisfait les régimes spéciaux comme le paléo et le céto.

Végétalien et DIY Jerky

La beauté de la nourriture comme le saccadé est qu'il est relativement facile à préparer. De nos jours, vous n'avez pas besoin d'heures de soleil ou d'un feu de camp de cow-boy pour atteindre le même objectif qu'il y a des centaines d'années.

Tout ce que vous avez à faire est d'assaisonner votre viande, de la faire mariner pendant 4 à 24 heures, de la couper en fines lanières et de la faire rôtir dans votre four à 175 degrés F (79 degrés C) pendant environ quatre heures. Bien sûr, vous pouvez également acheter un déshydrateur alimentaire et laisser libre cours à votre imagination. Parce que de nos jours, le saccadé n'est pas forcément du bœuf. ou de la viande du tout d'ailleurs. Il existe de nombreuses options de saccadé végétarien et végétalien largement disponibles à l'achat : il y a le saccadé à base de soja, le saccadé végétalien aux champignons et la saveur inhabituellement délicieuse du saccadé à la noix de coco.

Des siècles après son développement, les gens en consomment toujours comme s'ils étaient payés pour le faire. Et pour cause aussi ! Healthline rapporte que 1 once (28 grammes) de viande séchée de bœuf générique contient généralement 116 calories, 9,4 grammes de protéines, 7,3 grammes de matières grasses, zinc, vitamine B-12, fibres, fer, potassium et plus, bien qu'il soit très riche en sodium. , généralement à 22 % de l'apport quotidien recommandé en sodium de 2 300 mg.

Alors, quel pays fait le mieux le saccadé ? Difficile à dire, mais le Kilish du Nigeria est souvent enrobé d'une sauce épicée aux arachides, ainsi que de clous de girofle, d'ail et de gingembre.


Le road trip ultime pour les amateurs d'huîtres

Dans le nord-ouest du Pacifique, évitez l'intermédiaire et allez directement à la source.

Certaines des meilleures huîtres du monde sortent des eaux froides du nord-ouest du Pacifique, pas de secret là-bas. Autre fait bien connu : il existe de nombreux très bons restaurants dans toute la région qui se feront un plaisir de vous les servir, certains d'entre eux célébrés bien au-delà de la région.

La vérité est que n'importe quel restaurant, n'importe où, peut se procurer de bonnes huîtres. Que vous ayez envie d'un pique-nique au bord de l'eau dans une ferme ostréicole ou d'une bonne soirée à Seattle ou à Vancouver, les meilleurs fournisseurs de Northwest&aposs peuvent vous accueillir.

À ce stade, vos options sont suffisamment diversifiées pour que toute personne vraiment intéressée par l'appréciation (et la consommation) des huîtres puisse vouloir planifier un petit voyage en voiture à travers la région. Commencer à Seattle et finir à Vancouver est une bonne idée ou, vous pouvez le faire à l'envers, selon ce qui vous convient. En chemin, vous découvrirez deux des villes les plus habitables du continent, ainsi que des paysages incroyables et ferez un arrêt très important pendant que vous conduisez entre elles. (Si vous le faites en une seule fois, le voyage prend environ deux heures et demie, si la sécurité aux frontières et la circulation le permettent, n'oubliez pas d'apporter votre passeport.) Faites-le en une journée, un week-end ou allez encore plus lentement. autant d'huîtres que possible.

Arrêt n°1 : Marché de Pike Place
Toutes les visites à Seattle devraient commencer (et au milieu et se terminer) par une visite à l'un des meilleurs marchés publics du pays. Right now, you&aposre specifically here for Jack&aposs Fish Spot, a long-running seafood vendor that sources Quilcene Oysters from a farm along the Hood Canal, a fjord-like arm of Puget Sound in the shadow of the mighty Olympic Mountains. Clean, clear and just a touch salty, Jack&aposs will shuck a half-dozen for a mere $8.99. (They also do a great fried oyster and chips, for $7.99.)

Stop #2 Taylor Shellfish Farms
Five generations of Taylor&aposs have been farming shellfish in Washington, now—the family tradition goes all the way back to the 1800&aposs. Today, their oysters are a Seattle staple they&aposve got their own store and cafe on the same block as Capitol Hill&aposs hip Melrose Market, as well as two terrific oyster bars (and a third coming soon). You can choose whichever location is most convenient—the Queen Anne location has a great, off-the-beaten-path vibe𠅋ut the Capitol Hill location is easy walking distance from Pike Place Market, and is the only one with a proper market on premises. Their 2-4 p.m. happy hour (Monday-Friday) offers up the oyster of the day for just $1.75 each, shucked and served with a champagne mignonette.

Stop #3 Chuckanut Drive
Any recreational drive from Seattle to Vancouver should include this twenty-mile highway that served as the original road link between Seattle and the border𠅍itch the faster, more crowded Interstate 5, sail across the fertile flats of the Skagit Valley and head along the shore and through the mountains for one of the most scenic drives on the West Coast—one that&aposs over far too soon. Luckily, there are some great reasons to take it slow, starting with the two classic roadhouses𠅌huckanut Manor and The Oyster Bar—known for their views and definitely their oysters. Better still, take the narrow side road down to the water that brings you to Taylor&aposs famous farm stores, so close to Samish Bay it&aposs practically in it—this is primarily a retail location, but they have a great, waterside picnic area where you can grill-your-own. (They&aposll provide the instruction they also sell the necessary tools and accompaniments.)


What Are Corn Nuts, and Where Did They Come From?

Some snacks are fairly universally beloved, like trail mix and cheese crackers. Even beef jerky has more fans than not. Then there are the less popular nibbles, like Combos, which inspire fervent devotion in some and equally passionate revulsion in others. Perhaps chief among these polarizing products are Corn Nuts. Besides the potentially confusing name (“Is it corn, or is it nuts?”), they’re divisive in nearly every respect.

Ils sont donc crunchy they can legitimately endanger your enamel they are not the most attractive nosh (there’s a reason they’re a natural choice for zombie teeth in edible Halloween crafts, though this application is severely underrepresented online) and they have an infamously overpowering smell, especially when you open a bag in an enclosed car, which is where I most often encounter them, as a road trip snack. I’ve learned to like them, mostly, but many amour eux. Regardless of whether you occasionally crave or completely shun them, Corn Nuts have a long and fascinating history.

First of all, you only need to look at them to know that they are, in fact, corn, and not nuts.

Corn nuts (about to be covered in chocolate), via Always Order Dessert

Also, they’re technically CornNuts (one awkward word, which we shall use hereafter). Their earliest ancestor was parched corn, a Native American preparation of dried and roasted corn kernels that was both nutritionally dense and light to carry. As with pemmican, parched corn was adopted by early European colonists and settlers. It was commonly packed in wagons for the journey along the Oregon Trail, so really, it was the original road trip snack, although they often used it to make soup instead of eating it as-is. During the Civil War (1861-1865), parched corn was a staple for soldiers it could be ground into a substance called panola, which might have been seasoned with salt or sugar but was eaten dry. Whether that sounds better or worse than CornNuts is a matter of personal opinion…

Parched corn is also mentioned in the third book in the “Little House on the Prairie” series, “On the Banks of Plum Creek,” which states: “Parched corn was good. It crackled and crunched, and its taste was sweet and brown.” Although the book was based on Laura Ingalls Wilder’s actual experiences during the 1870s, it wasn’t published until 1937—but parched corn was not a thing of the past even then.

Traditional parched corn, via The Culinary Exchange

“The Final Frontiers, 1880-1930: Settling the Southern Bottomlands” describes how, during the Dust Bowl, “desperate [share] croppers were reduced to stealing corn from farmers’ cribs. Taking a few ears of corn at a time, they parched corn kernels in skillets with a little lard and salt.” And in “The Family,” a book collecting oral histories from former residents of a North Carolina orphanage, one contributor recalled hearing a couple of friends “speaking about the hard times during the Great Depression and the eating of ‘parched corn,’ which is how the corn was continued to be food after it had ripened and hardened.”

So how did this hardscrabble sustenance food—children’s book author’s endorsement notwithstanding—morph into a casual snack many still enjoy today?

In 1936, Oakland, Calif. native Albert Holloway decided to sell his own version of parched corn—the kernels re-hydrated and then fried—to local bars and taverns, since the salty, crunchy morsels paired so well with beer. He marketed his creation as Olin’s Brown Jug Toasted Corn, which grew into a successful family business. At some point, the name was changed to the much catchier, if slightly muddled, CornNuts, presumably because the corn’s crunch was on par with (and loin surpassed) that of peanuts. The name was officially trademarked in 1949.

More to Much On

You Can Now Easily Make Your Own Corn Nuts at Home
Who Baked the First Nestlé Toll House Chocolate Chip Cookie?
How to Make Your Own Jerky

While Holloway initially used domestic corn, an article mentioning Peru’s giant white Cusco (or Cuzco) maize prompted him to procure a shipment of it. Connu comme choclo in Peru, it has larger than average kernels and is starchier and nuttier than our sweet corn. Holloway worked with engineers to crossbreed the oversized Peruvian corn with a domestic variety, and after a decade of experiments, their new hybrid was perfected. It hit the shelves in 1964, by which time, Albert’s sons Maurice and Richard—who jointly took over the business in 1959—had expanded CornNuts from a local product to a nationally distributed brand.

In the early 1980s, there was a little noise about the fact that Atari’s Pac-Man looked nearly identical to the CornNuts logo that had been trademarked in 1965 (but hasn’t been used for many years). Maurice Holloway told InfoWorld magazine at the time: “We applaud Pac Man’s incredible success, but we don’t want him to eat away at our profits.” They didn’t mind if Pac-Man stayed in his lane(s) and refrained from trying to take a bite out of the snack world (although a short-lived Pac-Man cereal did debut in 1983), so it didn’t make many other headlines. In 1989, “Heathers” gave the snack a perhaps unwelcome shout-out, but otherwise, things were pretty quiet on the CornNuts front.

And then Nabisco (which is now part of Kraft Foods) purchased the family-owned company in late 1997 according to a New York Times blurb announcing it, Nabisco “said the strong Cornnuts presence in convenience stores would add to its sales” in that arena. In 2000, an AdAge piece described how Nabisco poured a parcelle of money into advertising CornNuts nationwide.

CornNuts print ad from 2000, via Amazon

You may recall these “extreme” ads with the not-exactly-appetizing (but some would say entirely accurate) slogan, “Corn Gone Wrong.” Tu peux aussi recall a certain innuendo-driven radio jingle that I refuse to believe was actually real but many people swear they remember hearing before it was banned. During this golden age of CornNuts, the snack was even used as a promotional tie-in for “Austin Powers: The Spy Who Shagged Me” (the fourth highest grossing movie in the U.S. at the time, 1999). And Nabisco debuted two new flavors, Taco and Red Hot, neither of which exist today, though we do have Nacho, BBQ, Ranch, and Chile Picante.

Speaking of Ranch and Chile Picante…this snack’s social media presence in 2018, when toutes les personnes is in on that game (from IHOP to Heinz to Reese’s and every fast food chain ever), is shockingly almost nonexistent. There’s a verified CornNuts Twitter account that’s reasonably active, but where are the splashy photos? Where are the memes?? I can see why they might shy away from their connection to “Heathers” in this day and age, but their overall transition from in-your-face advertisements, both on air and in print, to wallflowers of Wawa is a bit perplexing. It’s kind of refreshing, though, and even alluringly mysterious, how (at the time of this writing) their Facebook cover photo still touts the triumphant return of the aforementioned Ranch and Chile Picante flavors, which apparently happened back in 2013. And it seems they were once an official sponsor of UFC (The Ultimate Fighting Championship), but that ended in 2014.

The many flavors of CornNuts, via Amazon

All of this only serves to solidify my impression of CornNuts as a one-off snack sort of frozen in time, only ever grabbed from gas stations, where they may have been resting on the wire rack for decades it would probably be hard to tell, really—mais, I’ve definitely been buying “artisanal” versions of CornNuts from fancy local grocery stores in the past few years on a semi-regular basis. They often call it “Inca corn” (sometimes it’s actually made from the larger choclo kernels) or just use the original “toasted corn” moniker, and pack it in plain plastic tubs or sell it from the bulk bin section, but the only additional flavorings I’ve come across are salt and pepper. Fanatics can try to make homemade corn nuts with any seasoning they desire, though they should keep their face and hands well away from the pot, as the corn can explode.

Other countries have their own CornNuts analogues, which makes sense, since corn is native to the Americas it was first cultivated in Mexico thousands of years ago and spread from there, and indigenous people throughout north, central, and south America have eaten it in fresh and preserved forms for millennia. In Peru, for instance, it’s cancha salada, which is made with a different type of corn than choclo, although choclo can also be fried. In Ecuador and other parts of South America, they call it maiz tostado. There are other versions, too. Even on the opposite side of the globe, in the Philippines, people enjoy cornick, pieces of which are usually smaller and crisper than CornNuts, but basically the same idea. Their most popular brand is Boy Bawang (or Garlic Boy).

America’s own brand of desiccated crunchy corn chow has evolved from ancient subsistence food to bar stool nibble to casual car snack, and although today CornNuts seems to bank on their reputation as an underrated, often overlooked food (by mentioning that on their Twitter page and otherwise, seemingly doing absolutely rien to market their product—which, clearly, they don’t in fact need to do), it’s hard to imagine them ever disappearing completely, cemented as they are in the fabric of our lives, though they may yet remain effectively trapped in amber, frequently forgotten.

When you do remember them, they’ll be there. If flying autonomous vehicles eventually become a reality, people will probably still grab those shiny little bags from whatever the future equivalent of gas stations and convenience stores will be, and they’ll fill their hover cars with that familiar sweet stench as they have a snack on their way to the Venusian plains, or the mighty canyons of Mars.

Because CornNuts have always existed in some form, and likely always will.

Related Video: Road Trip Snacks That Won’t Make a Mess in Your Car


Alton Brown: 'Feasting on Asphalt,' Town by Town

Alton Brown, host of the Food Network show Good Eats, found regional specialties like "koolickles" during his road trip up the Mississippi River.

For food commentator and author Alton Brown, the best roadside food ranges from alligator tail to "koolickles" — dill pickles soaked in cherry Kool-Aid.

Brown found his eclectic picks after he spent 26 days on a motorcycle, tracing the course of the Mississippi River. Along the way, Brown and his crew visited big-city restaurants, small-town diners, barbecue joints and even an alligator farm, where he discovered Louisiana-style grilled alligator tail served with lemon and butter.

His book about the journey, Feasting on Asphalt: The River Run, is a companion to the six-part Food Network series that aired last fall.

Part cookbook, part diary and part memoir, Brown's book features 40 original road-food recipes, along with stories about the people who dish out the flavorful fare. Brown and his crew start the 1,000-mile journey in the Mississippi Delta on the Gulf of Mexico and end near the river's headwaters in Minnesota.

Liane Hansen spoke with Brown about his delicious discoveries as he motored through the country's heartland.

Koolickles - Road Inspired

Make up a jar and keep them on your counter or, better yet, in your fridge. I promise that unless you live in the Delta you'll be the first in your neighborhood to serve them. Strange though they are, these bright pink beauties are extraordinarily refreshing on a hot summer day.

1 gallon jar kosher dill pickles

2 packages unsweetened cherry Kool-Aid

Drain the liquid from the pickles into a large container. Add the Kool-Aid mix and the sugar to the liquid and stir until the sugar is completely dissolved. Remove the pickles from the jar, slice them in half lengthwise, and return them to the jar. Return the liquid to the jar of pickles. Not all of the liquid will fit, but make sure the pickles are completely covered.

Place in the refrigerator and let sit for 1 week before eating.

Yield: 1 gallon Koolickles

Nana Deane's Pecan Coconut Pie

Courtesy of Ray's Dairy Maid

2 ounces (1/2 stick) unsalted butter, melted and cooled slightly

3 ounces sweetened shredded coconut

3 ounces chopped pecans (about 3/4 cup)

1 cuillère à soupe de farine tout usage

1 cuillère à café d'extrait de vanille

Préchauffer le four à 350 degrés.

In a large mixing bowl, combine the sugar, eggs, butter, buttermilk, coconut, pecans, flour, vanilla, and salt. Pour into the pie crust. Bake for 45 minutes, or until the pie is golden brown and the center is barely set.

Let cool for 40 to 45 minutes before serving.

Fried Pork Tenderloin Sandwich

Based on a recipe from Kalmes Store & Restaurant St. Donatus, Iowa

1 (20- to 24-ounce) pork tenderloin, trimmed

1 tablespoon Kalmes Steak Seasoning*

1 cuillère à café de poivre noir fraîchement moulu

3/4 cup panko bread crumbs

Cut the tenderloin into 4-ounce hunks and tenderize each piece until it is 1/3 inch thick. Place the meat in a large bowl and toss with the seasoning and pepper. Add the bread crumbs and toss to combine. Place a griddle over medium-high heat and brush with a little oil. Once the griddle is hot, add the meat and cook until golden brown and cooked through, 3 to 4 minutes per side. Serve on rolls with mayonnaise, lettuce, and tomato.

*Kalmes Steak Seasoning contains salt, sugar, paprika, celery seed, onion, chili powder, curry powder, garlic, papain, MSG, and other spice oils.

Reprinted by permission from Feasting on Asphalt by Alton Brown. Published by Stewart, Tabori & Chang.


Voir la vidéo: Boris Brejcha u0026 Ann Clue - RoadTrip Original Mix FCKNG SERIOUS (Octobre 2021).